Champagne Monsarrat

Un champagne digne des meilleurs romans !

En 1956, Nicholas John Turney Monsarrat, un célèbre écrivain anglais, déjà propriétaire du domaine Stoneleigh en Nouvelle Zélande, découvre lors d’un voyage, le vignoble champenois. Au gré des vignes et des paysages, son excursion le mène aux portes de Ludes, dans la Marne, où il découvre une petite exploitation d’à peine 5 hectares, à l’abandon. Il en tombe tout de suite sous le charme et dès son retour à Londres, consigne sa nouvelle passion dans son dernier roman baptisé à juste titre « Le visiteur ».

 

Quatre ans plus tard, il revient sur ces terres avec cette fois les clés de la demeure et la ferme intention d’y implanter sa propre maison. Il réalise d’importants travaux  au chai et à la cave, renouvèle le matériel et l’encépagement. En plus du pinot noir, cépage local,  il importe d’Angleterre son goût pour le chardonnay. Alors qu’il ne produit que 50 000 bouteilles par ans, ses champagnes font peu à peu des adeptes et sont proposés à la carte des meilleurs restaurateurs de la région.

 

Il faut dire que l’assemblage offre un vin parfaitement équilibré, franc, minéral avec de jolies notes d’agrumes et de bergamote. Autant d’arguments, qui à la mort de l’écrivain en 1979, finiront de séduire la famille Benson-Darill et plus particulièrement Jason, le fils. Riche héritier d’une famille de manutentionnaire écossaise, il reprend la propriété en 1981 et s’attèle à développer une nouvelle gamme qu'il propose à l’export. Aujourd’hui sa fille Sarah Darill a repris le flambeau avec pour ambition d’écrire une nouvelle page à cette histoire…

Classic line

 

 

Kimono line

Zone de téléchargement

Présentation Champagne Monsarrat
ENGLISH
Champagne-Monsarrat.pdf
Document Adobe Acrobat [1.3 MB]
Kimono Line
ALT LABELS-Monsarrat-Kimono.pdf
Document Adobe Acrobat [874.7 KB]